Mon chien attaque les autres – Ask Patt’ en l’air #24

L’idée reçue des chiens qui n’aiment pas les autres est souvent répandue. Il n’est pas rare de voir des chiens qui agressent les autres, qui frustrent, qui jouent un peu trop fort. 

Comment comprendre un chien qui agresse les autres et comment éviter que cela se reproduise ? C’est à la question de Camille que l’on répond aujourd’hui.

https://youtu.be/tFKK4_R6StY

Identifier la cause et les circonstances

Selon ce que nous écrit Camille, on voit que sa chienne a des tendances à l’agressivité plus souvent envers des femelles. Puis, on peut aussi voir qu’elle fonce directement après s’être couchée en plaquant les oreilles. Elle grogne et montre les dents, et après cela ça peut partir directement en bagarre. On sait aussi qu’elle est détachée. Voilà les circonstances. 

Il faut toujours penser aux circonstances de façon neutre, même quand c’est son chien, pour éviter d’ajouter nos sentiments par dessus cette situation déjà pas si évidente. 

Ensuite, pour la cause c’est vrai qu’il y aurait besoin de plus d’informations. Voici quelques pistes de réflexion : 

  • A t’elle ce comportement depuis toujours ou non ? 
  • Si non, quand est-il apparu ?
  • Y’a t’il un évènement qui aurait déclenché ce comportement ? 
  • Bien identifier quand est-ce que cela a commencé
  • Quelles étaient ses conditions d’élevage, comment s’est passée sa socialisation avec ses congénères ? 
  • A t’elle appris les signaux d’apaisement ?

Mes impressions

De mon point de vue (en manquant de beaucoup d’informations), cette chienne me fait penser au fait qu’elle n’arrive pas du tout à gérer les interactions. 

Elle a pu être agressée elle-même dans le passé, ou bien elle n’a pas appris ses signaux d’apaisement qui représentent le langage canin. Un chien qui ne parle pas le chien provoque souvent des bagarres à cause de sa « malpolitesse ». Ce n’est pas de sa faute, il ne sait juste pas faire autrement. 

Son âge importe peu dans sa rééducation, même si elle a eu le temps de prendre le mauvais réflexe de montrer les dents et grogner sur certaines femelles, et elle a bien ancrer ce comportement dans son esprit. Le travail pourra demander plus de temps qu’avec un chien plus jeune, mais il est tout à fait réalisable. 

Les solutions

Vérifier qu’elle parle le chien

Quand on ne connaît pas trop le domaine du chien, cela peut sembler complètement à côté de la plaque de s’imaginer que nos chiens parlent le chien et pourtant.

Les signaux d’apaisement sont toutes ces mimiques et postures qu’ils prennent pour signifier à l’autre qu’ils viennent en paix ou encore qu’ils ne sont pas forcément à l’aise. Et quand on dit « l’autre », cela peut être n’importe qui, pas seulement les chiens. Humains, vaches, chats, tout le monde y passe, ma propre chienne faisait des signaux à un panneau de signalisation quand elle était chiot !

Vous êtes la personne la mieux placée pour observer votre chien, et dans quelles circonstances il produit ces signaux. 

Vous pouvez aussi observer les autres chiens en promenade, de leurs tentatives de communication avec votre chien. Les chiens se répondent. Pas forcément par le même signal, mais quand ils sont sur la même longueur d’onde, ils produisent tous deux une mimique pour s’assurer que le contact va bien se passer. 

Il est aussi possible que le chien oublie ce langage quand il ne rencontre pas assez de chiens. Par contre, le chien peut l’apprendre de nouveau, en travaillant et vous pouvez même vous amuser à lui faire des signaux.

Pour apprendre vous-mêmes plus en détail ces signaux : https://amzn.to/2RInVHT 

Le travail en lui-même

Une fois que l’on a défini que notre chien avait son langage canin ou que l’on a mis en place des actions pour qu’il l’apprenne, passons au travail en lui-même. 

Il faut savoir que le chien réactif a une zone de confort, et quiconque rentre dans cette zone prend le risque de faire réagir notre chien. Il est alors aisé de comprendre qu’un chien détaché aura du mal à s’éloigner de lui-même quand il voit un évènement en face qui le met hors de lui. Au contraire, il va tenter de faire fuir cette chose généralement. Donc il va tout seul se mettre dans cet état. 

Le but est de lui apprendre à reculer et à se mettre à une distance où il est à l’aise. Comment voir qu’un chien est à l’aise ? En l’observant, c’est aussi pour cela que la connaissance des signaux pour l’humain est pour moi vitale. 

Le but n’est pas seulement de reculer, sinon votre chien n’aura tout simplement plus de contact du tout avec les autres. Mais le travail se fait à distance, puis en se rapprochant petit à petit. 

Afin de gérer les distances, il faudra donc une longe de 10-15 mètres même 20 si vous savez manier la longe. Afin de toujours avoir le « contrôle ». Dans le sens où si votre chien charge tous ceux qu’il rencontre, on fait l’inverse de ce que l’on recherche. Et c’est encore une occasion pour le chien de valider ce comportement. 

Un chien rentre dans mon champ de vision – > Je le fais fuir  – > Il fuit – > Mission réussie !

Alors que le but serait justement :

Un chien rentre dans mon champ de vision – > Si je m’éloigne ou que je ne réagis pas j’ai une récompense – > Finalement c’est chouette de voir un autre chien, y’a moyen de jouer ?

http://hund.fr

Au niveau des zones de confort, elles se voient clairement en terme de distance. 

Quand votre chien peut voir ce qui le fait réagir sans réagir justement, on est en zone verte. 

Quand il commence à se figer mais vous entend toujours un peu, on est en orange, et quand c’est trop tard on passe en rouge. 

Le bon endroit pour travailler est donc de travailler entre la verte et la orange. 

Afin que ce ne soit ni trop facile ni trop compliqué. On vous a dit que l’éducation canine est une science !

Les récompenses

Placez-vous donc à la bonne distance d’un autre chien, le votre en longe, et mettez vous dans un endroit où vous pourrez reculer en cas de besoin. 

Il vaut mieux aller lentement que rapidement pour cet exercice, l’impatience est votre ennemie dans ce domaine. Partez de très loin si besoin, le but étant de récompenser votre chien quand il voit un autre chien et qu’il ne réagit pas. 

La récompense a son importance, elle doit assez marquer l’esprit du chien pour le motiver à détourner son regard de ce qui le fait réagir. On change ici l’état émotionnel d’un être, ce n’est pas rien. 

Puis, petit à petit, avancez, pas à pas, récompensez, observez votre chien et reculez si votre chien réagit. 

Attention, cela ne se fait pas en une fois et votre chien peut très vite fatiguée, c’est très prenant mentalement. Les courtes séances seront plus efficaces que des très longue qui vont épuiser votre animal. Terminez toujours votre séance sur quelque chose que votre chien a réussi, il reprendra la séance d’après de la même manière.

Retenez bien approximativement la distance à laquelle votre chien est maintenant capable de rester sans réagir. Et reprenez juste à celle-ci ou un tout petit peu plus grande la prochaine fois.

Il n’est pas évident d’expliquer tout cela par écrit, je pense vous en faire une vidéo dès que possible mais cela demande beaucoup d’organisation. 

Attention, cette pratique reste professionnelle et vous pourriez aussi aggraver la chose en avançant trop vite, en ne récompensant pas correctement, n’hésitez donc pas à faire appel à un professionnel en méthodes positives pour vous aider dans cette tâche.

Bérengère.

Recevez gratuitement votre guide "Comment allez-vous changer la vie de votre chien ?" !

Écrit par Bérengère PATRIA, votre éducateur/comportementaliste canin professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *