Mon chien a peur des inconnus et ne mange plus en mon absence – Ask Patt’ en l’air #27

https://youtu.be/_vIO3G9LnyA

Tout d’abord, merci Carole pour ta question, je suis ravie de pouvoir t’aider dans ce Ask. 

Deux problématiques se présentent dans cette question, nous allons donc traiter les deux bien séparément.

La peur des inconnus

Nous avons très peu d’informations dans cette demande, mais il est quand même possible de répondre. Comme souvent, je vais exposer ici mes idées et des questions que Carole peut se poser afin d’analyser elle-même la situation et aider son chien grâce aux réponses. 

La peur des inconnus peut être très handicapante dans la vie du chien et peut venir de plusieurs facteurs : 

  • l’élevage : qu’il soit professionnel ou que ce soient des particuliers qui aient donné naissance à ce chien, il est important que ces personnes aient fait découvrir des choses à ton chien étant petit. Même si le chiot a moins de deux mois, il est possible et même nécessaire que ce travail de découverte de son environnement soit commencé. Ce qui est malheureusement que très peu souvent le cas. Et c’est bien dommage, parce que l’on peut se retrouver avec ce genre de problématique ensuite. 
  • la période de socialisation / la période de découverte : quand le chiot arrive dans sa famille, c’est à elle de continuer cette tâche de faire découvrir le monde à son chien. Et cela passe évidemment par les inconnus. On ne demande pas au chien de faire confiance à n’importe qui, mais d’accepter que des inconnus passent près de lui, s’intéressent à lui, afin d’éviter un futur accident.
  • le vécu / un traumatisme : autre possibilité, le chien peut très bien grandir dans de bonnes conditions et subir ensuite un traumatisme avec un humain. Ici, ce serait donc un inconnu comme il ne semble pas avoir de difficulté avec sa propre famille. Des coups, des cris, mais cela peut être aussi quelque chose de bien plus subtil que ça, qui ne nous a pas marqué nous en tant qu’humain. Il faut alors fouiller dans ses souvenirs pour pouvoir se souvenir de quand ce comportement date, et ce qui se serait passé aux alentours de cette période. 

Un travail de recherche vous attend, que ce soit dans la petite enfance ou le vécu plus récent. Ce travail est plus compliqué quand on a adopté son chien à l’âge adulte, et qu’on ne connaît pas son vécu étant jeune.

On compose avec ce que l’on sait ! 

C’est une des raisons qui fait qu’il est très important de poser le maximum de questions quand on adopte un chien

Traiter cette peur de l’inconnu

Maintenant que l’on sait d’où ça vient, l’important pour le futur est de traiter cette peur. Suivant la puissance de cette peur et depuis combien de temps s’est apparu, cela peut être plus ou moins difficile, plus ou moins long. 

Respecter la zone de confort pour travailler à distance

Afin de faire travailler son chien, il faut déjà se placer à bonne distance de l’humain qui fait peur. Homme, femme ou enfant, âgé ou non, de couleur ou non, il faut identifier quel type d’inconnu fait peur, si il est possible à identifier bien sûr. 

Si on se met trop près, le chien rentre dans sa peur et impossible de le faire travailler. Si on est trop loin, c’est trop facile et on ne travaille pas réellement notre chien. Je vous conseille de choisir un grand parc où vous pourrez vous éloigner en cas de besoin, vous rapprocher si nécessaire. Choisissez pour « cible » au départ un humain assis sur un banc qui ne bouge pas, comme ça vous suivez le rythme de VOTRE chien. Et avec les beaux jours qui arrivent, vous aurez bientôt énormément de cobayes !

Associer l’humain à quelque chose de positif

Le travail consiste ensuite à ré-associer dans l’esprit du chien l’humain à quelque chose de positif. Un vrai travail dans l’émotionnel, c’est cela qui rend ça beau et difficile à la fois. 

Rappel : pour n’importe quel problématique avec votre chien mais encore plus une comme celle-ci où le chien peut représenter un danger pour lui-même ou les autres, n’hésitez pas à vous faire aider par un professionnel de l’éducation canine, en positif évidemment. 

Pour associer l’humain à quelque chose de positif dans l’esprit de a chienne, il va falloir lui montrer le comportement à avoir et renforcer ce comportement.

Quand on  est à bonne distance d’un humain immobile au départ avec notre chien, dès qu’il ignore l’humain, qu’il nous regarde, qu’il fait quoi que ce soit d’autre à part avoir une réaction de crainte, on renforce. C’est ça qu’on souhaite. Après tout, récompenser c’est comme prendre en photo le bon comportement, on marque l’instant pour montrer au chien que c’est cela qui le fera évoluer et que l’on souhaite.  

On se rapproche ensuite petit à petit, en renforçant toujours à chaque bonne réaction, on recule quand on estime que son chien rentre dans sa peur. Le but est de faire comprendre au chien que l’humain ne représente pas de danger. Et si il rentre dans sa peur on appelle cela le « mettre en échec » parce qu’on le fait avoir le comportement que l’on veut pourtant effacer. 

Eduquer les humains

Une des choses les plus dures en éducation canine, ce sont les humains ! On parle d’éducation CANINE mais je vous assure que c’est surtout de l’éducation de l’humain.

Pour les chiens craintifs, il faudra au maximum éviter les inconnus qui souhaitent cajoler, câliner votre chien. C’est quelque chose que j’ai appris dès le début de mon métier, moi qui me jetais sur chaque chien que je croisais étant plus jeune. Évidemment que je n’avais pas de mauvaises intentions mais je sais maintenant que l’on peut grandement perturber un chien craintif par une approche qu’il ne choisit pas. On peut en une fraction de seconde détruire tout le travail qui a été fait par le propriétaire de son chien. Et là je ne vous explique pas la frustration, l’énervement de la famille du chien qui donne tout depuis parfois des ois ou des années pour que son chien s’en sorte. 

Au-delà de ça, c’est dangereux pour vous et pour le chien, foncer sur un chien craintif pour un câlin, c’est le meilleur moyen d’avoir une morsure en réponse. 

Être patient et observer son chien

La rééducation canine demande du temps, bien que chez certains chien le déclic se fasse rapidement. Cet exercice va vous demander de la patience, du travail régulier plusieurs fois par semaine et de l’observation

L’observation va vous permettre d’aider votre chien au mieux, de voir ses progrès et de ne pas le mettre en échec, de ne pas le renforcer dans sa peur mais au contraire d’en sortir, petit à petit, jour après jour. De quoi aussi renforcer votre relation et complicité

Ne plus manger en l’absence de son humain

Il faut savoir que le stress coupe le système digestif, il est donc très probable que ce soit cette cause qui fasse en sorte que cette chienne ne mange plus lorsque sa maîtresse s’absente. 

Afin d’adoucir la séparation, plusieurs astuces peuvent être mises en place : 

  • laisser un de nos vêtements pour que le chien ait notre odeur, un doudou de la maison, ramener son panier. Ou encore pendant quelques jours mettre un plaid sur l’espace de dodo du chien, puis ramener le plaid seulement en « vacances »
  • les compléments alimentaires peuvent aussi aider pendant ces périodes délicates de stress, il faut alors se rapprocher d’un professionnel en la matière
  • les stimulations sont aussi à prendre en compte. Il est très important que les personnes accueillant le chien prennent cela en compte. peur

J’espère avoir pu t’aider avec cette réponse, n’hésite pas à me contacter si tu as besoin de plus de conseils ! 

Si vous aussi souhaitez avoir une réponse à une question au sujet de l’éducation de votre chien, n’hésite pas à me laisser cette question en commentaire.

A très bientôt, 

Bérengère.

Recevez gratuitement votre guide "Comment allez-vous changer la vie de votre chien ?" !

Écrit par Bérengère PATRIA, votre éducateur/comportementaliste canin professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *