Apprendre la propreté à un chiot – Ask Patt’ en l’air #21

Ce dimanche, on répond à la question de Cathy Michel, qui est un peu la suite de celui de la semaine dernière, car on apprend comment apprendre la propreté à un chiot. 

 

Un chiot et la propreté, un parcours normal 

 

A l’ère où nos chiot sont adoptables à partir de 8 semaines, il est normal que des apprentissages restent de notre responsabilité. Et c’est notamment le cas pour la propreté du chiot. 

Alors dans un premier temps, pas de panique, il est tout à fait normal qu’un chiot ne soit pas propre en arrivant à la maison

 

 

Une physiologie en cours de fabrication

Un chiot évolue chaque jour, son système interne aussi. En ce qui concerne de faire ses besoins, les muscles retenant les urines ont eux aussi besoin de se former et se muscler afin de fonctionner convenablement.

Une première chose à prendre en compte avant de demander à son chiot de faire ses besoins seulement en extérieur.

Suivant son évolution, il n’en est tout simplement pas capable physiquement. 

 

 

Sortir aux moments clés

 

Il y a plusieurs moments dans la journée et dans la vie d’un chiot qui sont importants et qui doivent nous faire percevoir qu’il est le moment de sortir. Ces moments sont ceux où les muscles du chiot se relâchent, c’est donc là que le chiot va chercher à uriner.

    • dès le réveil : quand on a un chiot, cela nous demande souvent de décaler l’heure de notre petit-déjeuner pour préférer une sortie avec son chien

 

    • après manger : dans le quart d’heure après avoir manger, il est fort probable que votre chiot ait envie de faire ses besoins. On prend donc l’habitude de le sortir afin de ne pas se retrouver avec un pipi à l’intérieur

 

  • après les moments de jeux et de câlins : là aussi, votre petit chien passera d’un état émotionnel d’excitation à un retour au calme, ses muscles se relâcheront sûrement eux aussi. Un petit tour à l’extérieur continuera l’apprentissage de la propreté. 

 

 

Récompenser, encore et encore

 

Quand on veut que son chien voit quel est le bon comportement à adopter, il faut mettre le doigt dessus et agir pour qu’il le retienne. 

Dans l’entrée, préparez des friandises afin de pouvoir les attraper en sortant. Dès que votre chien fait ses besoins à l’extérieur, félicitez le et donnez lui une friandise directement après cette bonne action

Ainsi, votre chien retiendra que faire à l’extérieur est vraiment quelque chose de très bénéfique, et apprendra à se retenir la prochaine fois en attendant ce moment. 

 

 

Ne pas jouer pour ne pas déconcentrer

 

Quand on sort son chien, on a envie de jouer. Mais voilà, si on fait jouer son chien, on lui occupe l’esprit à autre chose qu’à faire ses besoins. Il pourrait même en oublier d’uriner et le faire une fois rentré à la maison, quand la situation redeviendra calme. 

Alors on le laisse flairer, on reste le plus neutre et calme possible en attendant que son chien fasse ses petites affaires. Flairer aidera aussi à son développement avec la découverte d’odeurs, de son environnement. 

 

 

Se donner un rythme horaire de sortie

 

Ma chienne Lana a eu énormément de mal à être propre. J’estime qu’un chiot l’est du moment où il peut se retenir durant 5 heures.

Pour l’aider à cela, en plus de toutes les méthodes que je vous ai donné ici, on a misé sur le planning de sorties. 

Durant 3 jours, Lana a été sortie toutes les deux heures. Parvenant à se retenir sur cette durée, les 3 jours suivant on a misé sur toutes les 2h15. Puis ainsi de suite, on laisse cette durée pendant 3 jours et on augmente ensuite en cas de réussite de 15 ou 30 minutes. 

Cela jusqu’à atteindre les 5 heures de retenue. 

C’est vraiment ce qui a le mieux fonctionné pour Lana, je vous conseille vraiment de l’appliquer en cas de difficulté à rendre votre chien propre. 

 

 

La punition est inutile

 

Là où la récompense est nécessaire, la punition est complètement contre-productive. 

Premièrement, ce que nous considérons comme une bêtise n’est pour le chien que quelque chose qu’il n’a pas pu éviter ou pour laquelle il n’a pas appris  à faire autrement. 

Oui, je suis désolée mais nous avons tous une part de responsabilité dans les « bêtises » de nos chiens.  Gronder, frapper ou menacer son chien pour un pipi dans le salon créé un stress inutile, votre chien aura alors peur de vous. Autant vous dire qu’il sera plus compliqué ensuite de créer une relation de complicité. 

Sachez aussi que le cerveau du chien n’est pas capable de gérer les notions de vengeance que l’on redoute tous. Non, votre chien ne se venge pas, il fait ce qu’il peut. Seul l’être humain a un cerveau assez « développé » pour penser aux vengeances…

 

 

Nettoyer au vinaigre blanc et non à la javel

 

Le nettoyage a aussi son importance dans l’apprentissage de la propreté. En nettoyant la javel, on fixe les odeurs. Nous avons l’impression qu’il n’y a plus rien au sol mais pour le chien c’est tout l’inverse, toutes les odeurs sont encore là. Il pourra alors refaire ses besoins par dessus. 

Le vinaigre blanc est la solution qui permet d’effacer toute trace. Après avoir nettoyer l’urine, passez un coup de vinaigre blanc afin d’aider votre chiot à devenir propre plus rapidement.

 

 

Chacun son rythme, prendre son temps

 

Pour terminer, je tiens à aborder un sujet on ne peut plus important.  La clé de tout est le temps. chaque chiot a son rythme, il n’y a pas de loi dans l’apprentissage de la propreté, comme dans n’importe quel apprentissage. 

Bien que ce soit quelque chose à démarrer dès l’arrivée du chien à la maison afin de ne pas prendre de mauvaises habitudes, on ne peut pas deviner à partir de quand votre chien sera complètement propre. De la patience, encore et toujours…

 

 

Bérengère.

Recevez gratuitement votre guide "Comment allez-vous changer la vie de votre chien ?" !

Écrit par Bérengère PATRIA, votre éducateur/comportementaliste canin professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *